.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

How to lift a curse 101 - feat. Vanitas Kakoyami


Danganronpa: Disaster Recovery :: Hope's Peak Academy :: Quatrième étage :: Salon de thé Miaou
Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: How to lift a curse 101 - feat. Vanitas Kakoyami Mer 9 Mai - 11:00
How to lift a curse 101
Lun Rosenwald & Vanitas Kakoyami
Deux ans. Ça fait déjà deux années complètes que j’ai été accepté au sein de la prestigieuse académie Hope’s Peak. Deux ans passés à perfectionner mon talent, en plus de suivre d’autres cours. Deux ans à vivre au beau milieu du Japon, entouré de dizaines d’élèves de toutes les nationalités. C’est sûr, j’ai bien eu l’occasion de me perfectionner en langue japonaise, et d’acquérir des notions en langues romanes qui me manquait. La difficulté quand on est un occultiste de mon niveau, c’est que les ouvrages vulgarisant le sujet sont depuis longtemps dépassé. J’ai besoin de remonter à la source, de plus en plus loin dans le temps. Forcément, bien avant la fondation même de mon pays d’origine. Mais plus je remonte, plus je tombe sur des textes en langues anciennes. Latin et grec pour la plupart, mais je suis même tombé sur un manuel de préparation de filtre divers en espéranto. J’ai mis des semaines à le traduire, littéralement, et je ne suis pas certain de la moitié des mots que j’emploie. Mais à moins que l’établissement accueille un ultime linguiste, je suis un peu coincé. Ce qui est sûr, c’est que je n’aurais jamais pu avoir accès au quart des ouvrages présent ici en restant à San Francisco. Même en y consacrant mon existence entière, comme mes parents. En un sens, c’est une chance. C’est ce qu’on nous répète à longueur de journée, et même avant que j’entre officiellement ici, c’est le bruit qui courrait partout dans les lycées. ‘Tous ceux qui suivre un cursus à l’académie Hope’s Peak et le réussissent ont un avenir professionnel assuré.’ Autant je comprends pour les ‘Ultimes’ des matières des sciences ‘classiques’, ou les artistiques, autant je suis assez curieux de voir quel sorte d’avenir professionnel un ‘Ultime Occultiste’ peut obtenir. De préférence, un truc pas en rapport avec l’anarque... Tous ces gens qui salissent la réputation de mon domaine. Résultat, je passe pour un illuminé la moitié du temps. Enfin, je passais, dans mon ancien lycée. Ici... Ici, tout est différent.

Deux ans. Heh, je ne sais pas vraiment dire si c’est long ou court. Pour moi, c’est... vraiment vraiment très long. Deux ans ici signifie également que ça fait deux ans que je ne suis pas rentré chez moi, en Californie. Ça signifie également que ça fait deux ans que je n’ai pas revu Astre.

Astre... La raison de ma présence ici. Deux ans sans lui parler, deux ans sans le toucher, deux ans sans être simplement en sa présence. J’ai cru... qu’être loin de lui allait me permettre d’oublier un peu. Mais c’était sans compter que tout ce que je fais depuis mon entrée ici, c’est pour lui. Oui, j’aime l’occultisme, c’est ma passion et pouvoir me perfectionner un peu plus chaque jour est un vrai plaisir ! Mais je ne perds jamais de vue mon objectif : trouver un remède à sa maladie. Quitte à mettre de côté certains aspect de l’occultisme qui ne lui servira pas.
Même après deux ans, je n’ai pas oublié. Ou plutôt, mon cœur ne l’a pas oublié. Parce que... Parce qu’il a fallu que je tombe amoureux de mon meilleur ami ! Je ne regrette pas, loin de là ! C’est... Le cœur qui s’emballe, son léger sourire qui me revient sans cesse en mémoire... c’est bien. Vraiment bien. Quand je reçois une lettre de sa part... Heh... j’ai mis un temps à l’admettre, mais ça me rebooste. Je les ai toutes conservées, et ça m’arrive même de les relire. Si on me voyait pendant ces moments... j’suis sûr que je ressemble à une espèce d’amoureux transit. Ce que je suis. Heureusement, je n’ai pas de colloc’ en ce moment. Je peux me planquer tranquillement pour déchiffrer ses écrits. Malheureusement, je n’ai personne avec qui en discuter. Et je reste avec mes sentiments inavoués pour un garçon qui habite à des milliers de kilomètres d’ici.

Ni le temps, ni la distance ne parvient à me le faire oublier.

Attablé au plan de travail de mon labo, au quatrième étage, je soupire. Au final, mon esprit a encore bien dévié sur son sujet de conversation préféré : Astre. Son image me hante, je me demande si quelqu’un ne m’a pas envoyé un sort en réalité. Hm... Maintenant que j’y pense, ce n’est pas forcément impossible. Mes sentiments sont réels, à cent pourcents, mais... si on essayait de me détourner de ma tâche en m’envoyant sans arrêt son image ?  Néanmoins... ça me donne une idée. J’attrape et j’ouvre le lourd grimoire noir de référence. Il déborde de fiches et de notes supplémentaires écrites de ma main. C’est qu’il est en latin... il a bien fallu que je le traduise sommairement. Je parcours les pages une par une. Je vais finir par le connaitre par cœur à force mais... Bingo ! ‘Filtre de désenvoutement’. Bon, ce n’est qu’un remède léger, d’où la liste réduite d’ingrédient mais... Oh. J’en ai plus ça. ‘Une dizaine de poil de chat ‘abricot’ pilé finement’. What ? C’est quoi ça... sa couleur ? ça existe ? Hm... bizarre, mais indispensable apparemment. Pas question de remplacer avec autre chose. L’occultisme a ses règles, et ceux qui ne les suivent pas sont sévèrement punis.
Je suppose que je suis bon pour aller me renseigner là-dessus ailleurs ? Ce n’est pas dans mon labo que j’aurai ce genre de réponse... alors où ?

Oh ! Je sais ! Je sais parfaitement qui aller embêter avec ça ! Y’a un ‘Bar à chats’ depuis quelques temps ici ! L’école a dû accueillir un ultime en rapport avec l’élevage de chats ou un truc du genre. Yep ! Je sais quoi faire ! D’un bond, je me lève de ma chaise, et manque de bousculer deux ou trois bocaux au passage. Chance, rien ne tombe, pour une fois, mais je note dans un coin de ma tête que je devrais vraiment les étiqueter... et les ranger. Ouais... plus tard ! J’ai une expérience à conduire, un filtre à fabriquer ! Re-boosté, je sors de mon labo, direction le ‘salon de thé Miaou’. Quelques pas et j’y suis. Pas le temps de frapper, autant entrer direct ! J’ouvre la porte... rose et tombe sur un décor... diamétralement opposé au mien. Tout est... pastel, rosé, pêche, et il flotte comme une odeur... d’herbe à chat ? Logique. Je devrai refaire mon stock d’ailleurs.
Autre chose... il y a des chats littéralement partout ! Par terre, sur les étagères, dans les arbres à chats. Partout où je pose les yeux, des chats ! Encore heureux, je ne suis pas allergique.

« Quelqu’un ? C’est le voisin, j’ai besoin de conseils en chats ! » Je marque un temps d’arrêt avant de continuer, un léger ton plus bas. « Pis d’ingrédients aussi. »
Revenir en haut Aller en bas
How to lift a curse 101 - feat. Vanitas Kakoyami
Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» PV de Roxane || Chloé R. Evans ( feat Kristen Bell ) pris
» Just the same //feat Matt'//
» Vanitas
» Ne t'inquiète pas, je serai toujours la pour toi. - Feat Femme Sianouille
» Kang Chang Min feat. Yong Jun Hyung

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Danganronpa: Disaster Recovery :: Hope's Peak Academy :: Quatrième étage :: Salon de thé Miaou-
Sauter vers: