.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

[Me]Moires : Les Contes d'Atropos. [En cours]


Danganronpa: Disaster Recovery :: Gestion des personnages :: Présentations :: Validées
Aller en bas
Lavenza Guillotine

avatar
Messages : 15
Date d'inscription : 15/04/2018
Age : 22
Avatar KG :

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: [Me]Moires : Les Contes d'Atropos. [En cours] Dim 22 Avr - 17:10

~ Lavenza Guillotine ~
Prénom : Lavenza
Nom : Guillotine
Âge : 18 ans depuis peu
Nationalité : Française
Date de naissance : 23 Fevrier
Sexe:
Orientation s. : Lithromantique
Groupe : Élève
Classe : A3-1
Talent : Ultime Biographe
Avatar ft. : Original Character - Ening_xxx
Physique
Lavenza, tu es une jeune femme tout a fait ravissante ! ..Bon, tu n'y crois absolument pas, mais faisons un petit brieffing, d'accord ?

Une silhouette affinée et du haut de tes un mètre soixante-dix. Un peu plate mais ça ne te gène pas plus que ça, tu ne comptes pas tomber amoureuse de toute manière. Tout comme Blanche Neige, tes cheveux sont noir de jais et ta peau, blanc comme la poudreuse. Quelques unes de tes mèches se colorent d'une teinte pourpre, ta couleur favorite, et les accessoires font leurs chemins jusqu'à chacune des parties de ton corps.. Tu aimes les blings-blings.
Dans les vêtements, on retrouve significativement toujours les même choses. Du noir et du rouge, parfois du blanc lorsque tu sors. Mais les beaux habits laissent leurs places aux T-shirts, shots et pyjamas quand tu es seules chez toi, ou tranquille dans ton dortoir.
Autrement, quoi dire d'autres ? Tu songes a te tatouer, mais tu es douillette.
Caractère
Ce que l'on peux dire de toi, c'est que tu n'es pas aussi calme et douce que tu ne peux le laisser penser..

Pour être honnête, tu es une dork.
Tu parles beaucoup et tu as la discrétion d'un éléphant.
Indiscrète au possible et curieuse maladive.
Ah, et une feignante, par dessus le marché. C'est à se demander si l'on parle bien de toi, et pourtant..

Depuis très jeune, tu as toujours été quelqu'un de calme, réfléchie, solennelle et propre sur toi. Mais avec le temps et tes obligations,  tu es devenue une personne anxieuse. Parler de mort, parler de ceux qui ne sont plus là, voir ses tristes visages à longueur de temps, joue sur le moral, et tu as décidée de lâcher prise. De profiter de tes quelques temps libre pour décompresser.

Ainsi, tu profites de la vie, non sans te forcer à être toujours décontracter. Tu manges comme un ours, tu es bruyante comme jamais et tu doutes pouvoir un jour être invité dans un prestigieux restaurants, tant tes manières sont mauvaises.
Mais avec tout ça, tu te doutes bien de qui voudrait de toi. Car, même si tu es une magnifique jeune femme pleine de vitalité, que tu aimes rire et t'amuser, tu n'es pas une femme qui pourrait plaire. Et au fond, cela te ronge.
Alors, tu oublies. Tu oublies en mangeant, en travaillant, en regardant tes séries sur Internet ou en t'enfuyant dans les salles d'arcades. Jusqu'au jour où tout tes démons, que tu gardes enfermé dans la cage créer par ton coeur, se libère et explosent.

En attendant, tu profites tant que tu peux. Tu en profites pour oublier. Et tu manges, tu écris, tu dors..
Histoire

"J'ai longtemps cherchée à comprendre ce qui pouvait transformer un livre, un récit ou un écrits, en ce que l'on qualifie "d'horreur".  Une horreur qui prend au tripes, de par la pensée que l'on en a ou des images qui nous surprenne. Irrémédiablement, l'horreur est synonyme de peur. Mais parmi toutes les peurs que peuvent raconter une histoire, il n'y en a qu'une qui effraiera les plus dur des mental.

Tout se réunit sous un seul et même point. Les monstres, la folie, les hallucinations qui font délirer et les soudaines apparitions ont pour effet de surprendre, l'inconnu et l'inexplicable nous effraie plus que l'on ne peut le comprendre. Nous parlons d'histoire de fantômes pour s'effrayer, pour provoquer le frisson. Les récits des morts sont effrayants, mais ceux des vivants, le sont bien plus encore.

Les histoires d'Hommes sont celles qui effraient le plus les Hommes.
Et elles ne se laissent lire que lorsqu'il ne reste plus personne pour les vivre
."



Le domaine de la mort a toujours été, pour toi, une source d'inspiration très particulière. Tu ne l'envies point, tu ne l'as jamais désirée et tu ne peux t'empêcher de la mépriser lorsqu'elle vient sonner ses quelques notes auprès de ceux qui te faisaient sourire. Et pourtant, tu l'admires.

Tu ressens sa douce étreinte, lorsqu'elle te susurre quelques douces histoires à ton oreille.
Des histoires parfois drôles, sur celles dont ses ciseaux ont coupé le fil de leurs vies.
Tantôt d'effrayantes, faisant glisser ses ciseaux dans le creux de ton dos.
Tu as peur de la mort, tu en as toujours eue peur.
Mais tu n'as jamais pu t'empêcher d'écouter le récits des défunts qu'elle vient embrasser, qu'elle chante de ses lèvres si douces.

Et très souvent, la vie vient t'arracher ces douces berceuses, d'une main de fer.


Voilà très longtemps que tu aimes écrire, Lavenza. Peut-être même depuis les bancs si sombres de la Maternelle, alors même que tes mains n'étaient que trop frêles pour constituer quoique ce soit de véritablement cohérent. Tu dessinais beaucoup et, bien que les jeux diversifiés étaient, autour de toi, toujours en abondance, tu n'aspirais qu'à agiter ton stylo, tes crayons, jusqu'à créer quelques merveilles.
Paternel et Maternel t'encourageaient dans cette démarche, bien que tes œuvres n'étaient que de simple croûtes, des brouillons inachevés,ou bien rien de moins que des gribouillages d'enfants. Tu étais seule et ne parlais pas beaucoup
.
Ils pensaient que tu étais peut-être une intellect' et t'ont chouchoutée comme jamais. Ils ont certainement due le regretter plus tard, en voyant que tu n'étais juste pas très causante.

A chaque pas vers l'âge supérieur, on peint de toi un portrait psychologique, une vision de ta personne que tu as décidée, peut-être par défaut, de garder tel un masque, impossible à ôter. Celle d'une fille sombre mais calme, intelligente, telle une ombre parmi les ombres. On pensait de toi que tu avais vécue une enfance terrible. Les rumeurs allaient de bon-trains, et l'ont fini par te prendre en pitié, sans jamais te causer de soucis.

Si ta longue chevelure noir et tes vêtements n'étaient pas en raccord, tu aurais aisément pu être qualifiée de "Mercredi".

En tout les cas, ton enfance était silencieuse et seule. Tu avais beau avoir l'avantage d'être d'un milieu riche, tu t'étais exilée des autres sans trop savoir comment, ni pourquoi.
De façon étrange, le seul endroit où tu te sentais comme une petite fille "normale", bruyante et maligne, était parmi les plus vieux. Plus précisément, dans l'enceinte de la Maison de Retraite "Baiser du Papillon". Un nom étrange, qui a rappelé la première fois que tes parents se sont rencontrés.

Cette maison de retraite n'avait rien de spécial, mais les occupants étaient tous des coeurs en or. Tu venais parfois y passer des journées, à jouer ou t'occuper entre autres, et tu as beaucoup appris d'eux. De leurs histoires, de leurs commérages, parfois, tu as pu lire dans leurs yeux ce que leurs bouches ne pouvaient plus dire. Certains te considéraient comme une mascotte, de la famille, ou d'un signe que leurs fins furent proches.
Il faut dire, se costumer en ladite Mort, navigant dans ses longs et vastes couloirs de blancs, n'avait pas pour vocation à faire sourire les plus fragiles.

Et pourtant, tu as eu beaucoup à voir.
Tu y as vu la joie, l'agacement, la peur et la douleur.
Parfois, tu y as vu des sourires disparaître avec le temps, des visages connus fleurissant une dernière fois.
Et les lendemains, de pâles visages grimaçants, se suivre les uns derrières les autres dans d'obscures tenues d'ébènes.

Et c'est avec le temps que tu compris une chose bien triste qui pourtant, tissa le fil de ta destinée.
Les Hommes ne sont reconnus et aimés, qu'au moment de leurs décès.


Les années passèrent et filèrent comme le vent, emmenant en son chemin, tant de corps et de personnes que tu pensais connaitre toute ta vie.
Les saisons passent et de nombreuses feuilles tombent. Tu te vois également changée, tant dans tes tenues que ton caractère. Tu n'as désormais plus peur de ce noir de jais qui te faisais trembler, jusqu'à lors. Tu le portes avec dignité et respect.

Tu as également troquée tes feuilles et stylos pour un ordinateur, tes doigts devenant plus précis et plus communicatifs qu'alors, étant enfant.
Par un coup du destin, tu t'es décidée à faire de l'écriture, ton axe de vie. Tu voulais écrire, et tu as trouvée chaussure à ton pied. Si inventer des personnages et les faire jouer dans des contextes originales te limitait dans les façons d'écrires, tu as trouvés qu'écrire de par la voix des vivants, était une satisfaction bien plus grande.. Le recueil de l'épouvante est aussi un de tes coups de coeur, mais tu n'étais définitivement pas assez douée pour aller plus loin avec cela.

Ce n'était qu'un essai, en premier lieu. Une de tes amies eut perdu son frère, et elle ne voulait pas oublier ses merveilleux souvenirs passé à ses cotés, en grandissant. Elle eut peur qu'en devenant adulte, son imagination ne se sacrifie au titre de la raison, et que ses aventures, longtemps aimés, ne deviennent que des histoires biaisées
Alors, tu l'aidas. Tu lui posas diverses questions, tu l'écoutas avec une attention si particulières que tu visualisais avec la simple force de ton esprit, ce que racontais ta camarade. Tes doigts dansaient sur ton clavier, plus proche d'une valse que de la danse macabre, avant de terminer, d'un air satisfait.

Finalement, tu as réussis à te trouver une petite clientèle, au fil de tes succès.
Tu as décidée tout d'abord, de rester anonyme, dans le simple but de t'afficher, à l'avenir, au plus beau de ton âge, et non pas sous les airs d'une enfant, mûri par l'âge, laissant des traces que chacun souhaitent cacher. La puberté, au grand jamais, tu ne l'as appréciée.

Tu as ouvert un blog, nommer : [Me]Moires : Les Contes d'Atropos", où en l'échange de quelques dons, tu recevais les informations d'hommes et de femmes, vivants comme trépassés, pour dessiner leurs vies, leurs récits, et laisser une trace éternelle de leurs mémoires. Pour qu'à jamais, leurs exploits et leurs parcours, ne sombrent pas dans l'oubli.

Ton site a eu un succès grandissant, bien plus que tu ne l'aurais imaginée. Très rapidement, tu as été submergée par plusieurs vagues de demandes. Celles d'adolescents désirant faire leurs dernières expériences, celles d'enfants souhaitant pardonner leurs parents, ou garder un souvenir d'eux.. Parfois même, de simples vous et moi souhaitant faire un discours lors d'obsèques. Les raisons étaient diverses mais tu les acceptaient toutes sans compromis. Chacun à une histoire à raconter. Il n'y a besoin d'aucune raison pour les poser sur le papier.

Et éventuellement, tu finis par te faire connaître, toi aussi. Quelques interviews, quelques passages à la télévision locale.. Et une passion qui te prit au cou. Tu adorais ce que tu faisais, mais ce n'était guère suffisant pour en vivre.. Certes, tu vivais encore chez tes parents, mais ce n'était pas une raison.

D'ailleurs, tu adorais t'imaginer, quelques années plus tard, dans un petit studio de Paris, à écrire tes biographies.. Et à te demander quel organe tu devrais vendre pour t'acheter à manger. Tu as toujours eu des idées un peu bizarre, mais c'est la folie des auteurs. Mais avec tout ça, tu espères ainsi un jour, constituer ton recueil, un ouvrage qui t'as toujours tenue à coeur, depuis le premier jour. Mais le temps semble court, et tu souhaites le voir finaliser avant que ta chère amie ne vienne à toi, te prendre dans ses bras, et resserrer son étreinte autour de ton cou.
Tu espères constituer le Poème de Toutes les Âmes.

Mais en attendant, le temps suit son cours.
Et le temps est passé, sans que rien ne change véritablement.

Voilà maintenant un an et deux mois que tu as fêtée ton 17ème anniversaire, te donnant depuis peu, l'âge de la majorité. C'est également à cette même date que tu as reçue une lettre d'admission, de la célèbre et fameuse Kibougamine. Tu l'espérais, de tout ton cœur, sans pour autant l'attendre véritablement.. Non. En réalité, tu l'attendais désespérément, sans jamais pouvoir penser la rejoindre. Mais c'est chose faite. Et tu te souviens en avoir été des plus heureuses.

Alors, pourquoi rejoindre la Kibougamine ? Tu connais les réponses, bien sûr, mais ses informations ne sont-ils pas trop personnels pour les révéler ?

Au fond, tu as toi aussi, tes petits rêves, tes secrets et tes objectifs. Tu sais que l'Académie pourrait t'y aider.
En réalité
Pseudo : Nana', Birdy ou Concerto ♪
Âge : 22 ans !
Comment avez-vous trouvé le forum ? : En farfouillant aléatoirement sur Internet ! Pis, j'ai fini par trouver la V1 juste aprés puis blblbl orz (Pardon si l'histoire est longue, plus, votre fofo est bo QwQ )
Autre : J'vous aime. D'8

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Monokuma
Admin
avatar
Messages : 95
Date d'inscription : 31/01/2018
Avatar KG :

Feuille de personnage
: description du personnage

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Me]Moires : Les Contes d'Atropos. [En cours] Dim 22 Avr - 18:57
Félicitations, tu es validé !
Coucou, te voilà dès à présent validé ! J'aime beaucoup ton personnage, je le trouve très intéressant en plus d'être canon. Au plaisir de RP avec toi ! Tu peux donc dès à présent commencer à RP en allant par là, et à demander des liens avec les autres par ici. Il y a également plusieurs choses intéressantes à faire juste ici, comme recenser ton avatar dans le bottin adéquat par exemple. Ah oui, et pour ce qui est de ta classe et de ton dortoir, tu seras en A3-1 et tu seras dans la chambre F-2, tu n'as pas encore de colocataire mais elle viendra bientôt. Bon jeu à toi !
DR : Disaster Recovery
Revenir en haut Aller en bas
[Me]Moires : Les Contes d'Atropos. [En cours]
Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» cours de latin
» Cours informatique
» Amphi pour les cours de Ninjutsu
» Faut-il un cours de littérature ou un cours de Français !
» cours de dysenterie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Danganronpa: Disaster Recovery :: Gestion des personnages :: Présentations :: Validées-
Sauter vers: