.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

The game is on [Libre]


Danganronpa: Disaster Recovery :: Killing Game :: Etage 9 - Dortoirs
Aller en bas
Celestia Ludenberg

Celestia Ludenberg
Messages : 4
Date d'inscription : 21/05/2018
Avatar KG : Wanna see something fun ?

Feuille de personnage
: Celestia Ludenberg (Joueuse Ultime)

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: The game is on [Libre] Lun 31 Déc - 22:50


Chapitre 1

"Shall we start ?"


L'ascenseur montait doucement. Personne ne semblait vouloir prendre la parole. Que dire ? Une espèce d'ours en peluche venait de leur expliquer dans le plus grand des calmes que leur porte de sortie résidait dans le meurtre. Ou plutôt dans une tuerie. Car chacun était menacé par l'autre, plus moyen de se faire confiance pour espérer passer une nuit tranquille ou autre. Mais le plus grand problème, c'était qu'ils semblaient tous coincés ici. Pris au piège, comme des rats de laboratoire à qui on ordonne de s'entre-tuer. Pour être honnête, le jeu semblait en valoir la peine. Celestia s'intéressait bien plus à la récompense qu'autre chose, mais s'il n'y avait que la liberté à la clé, dans ce cas l'organisateur du jeu allait payer pour cette mise en scène stupide.

L'ascenseur s'arrêta. Le voyant indiquait 9ème étage. Les dortoirs, semblait-il. Une superbe tapis rouge pour les accueillir... Oui, cette tour avait un certain charme, en effet. Arrivés près des chambres, des clés étaient toutes disposées sur de petites tables, chacune numérotées, probablement d'après les ceux des chambres. Sans trop réfléchir, Celestia pris sans consulter personne celle portant le nombre 13. Un vrai porte-bonheur... Mais une pauvre superstition également. La joueuse se retourna vers ses nouveaux camarades de jeu avant de leur afficher un sourire radieux.

Et bien, il est l'heure pour moi de prendre congé. Soyez assez aimable pour me prévenir quand le dîner sera servi, c'est entendu ?

Le dîner... A vrai dire, elle ne savait même pas l'heure qu'il était. Peut-être était-ce le matin ? Aucune idée. Quelle importance... Tiens, elle avait bien envie de boire un bon thé chaud. Peut-être irait-elle par elle-même si les autres tardaient. Ça ne serait pas étonnant. Après cette sordide annonce, qui oserait aller se balader seul sachant que n'importe qui pourrait venir vous tuer ? Stupide. Personne n'aurait assez de cran pour faire ça aussi peu de temps après. Elle entra la clé dans le trou de serrure de la chambre correspondante au numéro. Avant de tourner son poignet, elle adressa un dernier regard aux autres derrière.

Et prenez une douche.

Elle n'avait pas pu oublier l'odeur, surtout pas après avoir passé un interminable moment dans l'ascenseur entourés de déchets mobiles.

Sur ces mots elle referma la porte derrière elle. Agir comme si tout était normal... Etait-ce si étrange dans une telle situation ? Celestia examina sa chambre. Elle était... vraisemblablement...petite... Quelle déception, après une si belle allée. Soupirant, elle se dirigea immédiatement vers l'armoire où elle y trouva des vêtements de rechanges qui lui firent oublier sa précédente déception. En baissant les yeux, un couteau suisse dans un sachet de plastique scellé. Quel adorable jouet...

Il était temps de commencer à réfléchir à une stratégie de jeu jusqu'à ce qu'on vienne la déranger.


Revenir en haut Aller en bas
Benjamin Leblond

Benjamin Leblond
Messages : 7
Date d'inscription : 15/04/2018

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: The game is on [Libre] Mar 1 Jan - 22:48
Chapitre 1 - Daily Life
Des gens, sûrement



Un rêve. Ouais un rêve. C'était certain cette fois. Un ours robotique qui organise des tueries. Wow. Un scénario très original, Benjamin en fera un best-seller une fois réveillé. Enfin, il n'écrit pas de livres, il en vend. Mais quelque chose d'aussi original peut facilement finir en livre. Il dévisage chaque personne dans l'ascenseur. Pour retenir leurs traits, leurs noms, leur talent. Il allait reprendre les mêmes personnages. Une très bonne idée. Fallait supprimer le sien par contre, aucun intérêt scénaristique. Ou bien le faire mourir en premier, histoire de laisser un bon développement aux autres. Sauf pour le tueur. Bof, il peut rajouter un personnage aussi inintéressant que le sien pour tuer en premier. Peut-être trop prévisible, mais bon, ça serait dommage de gâcher les autres protagonistes.

Il s'était lentement dirigé vers l'extérieur de l'ascenseur, dans un état presque second. La fatigue lui pesait sur le dos. Mais il n'allait pas rater sa prise de note à cause de ce besoin primaire factice. Être fatigué dans un rêve, et puis quoi encore. Il ne pouvait dire s'il était lucide ou non, mais bon, il préfère que les choses se passent, tant qu'il en est spectateur.

Celestia. C'est son nom, il croit. L'imagination pour son style vestimentaire est étonnante, il pensait pas que la sienne pouvait être poussée aussi loin. Le couloir est pas mal aussi. Il va s'avancer nonchalamment derrière Celestia, vers une clé, au hasard, ça lui est égal. Pas la 13 apparemment, son cerveau n'en a sûrement pas voulu. Le blond n'était pas si superstitieux que ça mais bon. Il va prendre... la 11 ! Il se dirige vers le piédestal attribué et s'arrête devant. Au final non, la 9 est mieux. Et il repart pour empoigner la clé 9.

Des voix, il n'y prête pas vraiment attention. Il arrive à discerner le mot "douche", lui rappelant que l'espèce de lutin aux cheveux violets lui a refilé ses déchets. Il ira faire ça après. Est ce que ça a une importance au final. Il pourrait se promener complètement nu il n'y aurait aucune différence. C'est qu'un rêve après tout. Mais il ne le fera pour autant. Il va sans un mot fermer la chambre 9 à clé, puis s'adosser contre un mur, et observer le comportement de ses camarades oniriques.



_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Jun Aoki

Jun Aoki
Messages : 3
Date d'inscription : 06/09/2018
Age : 19
Avatar KG : Fan ultime

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: The game is on [Libre] Mer 2 Jan - 12:25
Jun Aoki & NOM Prénom... mots
The game is on
Une histoire et quelle histoire ! Cette avant-première ne s’est pas du tout terminée comme tu l’imaginais. Non, non, non, loin de là ! Très, très, très loin même ! Dans toute ta ‘carrière’ de fan, tu n’avais jamais entendu parler d’un évènement pareil ! Plus d’une dizaine d’ultimes, rassemblés au même endroit, puis enfermé, puis finalement forcés de s’entretuer pour en sortir ? Un tribunal ? Un vote ? Trouver le coupable ? Hi, hi, hi... tout ceci est si excitant ! Depuis que tu as appris la bonne nouvelle, tu ne cesses de trépigner, tu ne sais où te mettre. Tremblant, fébrile, tu remercierais presque cet étrange ourson en peluche ! Presque, presque, presque, car il a disparu d’un coup avant que tu ne puisses. Presque, presque, presque, parce que tu es trop perdu dans ton monde fantastique pour te rendre compte de l’endroit où tu es, de la situation dans laquelle tu te trouves.

A moins que tu le saches parfaitement ?

Parfaitement, sur le bout des doigts, contrairement à ce que tous croient, ta tête n’est point une passoire. Juste un immense fatras où seul toi t’y retrouves.

Ou peut-être pas ?

As-tu compris ? Oui, tu as compris, mais ne peux t’empêcher d’être heureux, si heureux ! De toutes les personnes de la terre, tu as été choisi pour ce jeu incroyable. Mais ça, peu importe. Peu importe ta personne, ce qui secoue ton corps gracile, ce sont ces personnes si exceptionnelles qui empruntent le même ascenseur que toi. Qui respirent le même air que toi. Qui te frôlent sans même le remarquer, qui te regardent sans même te voir, qui acceptent sans un mot ta présence dérangeante.

Tu es aux anges.

Au milieu de ces personnes à l’air grave et affligée, tu es aux anges. Trop content pour réussir à le cacher, cette journée dont tu ne te souviens même pas de la moitié est désormais gravée dans ta mémoire pailletée. Un à un, tu ne parviens à détacher ton regard de ces silhouettes si... si... ! Tu ne trouves les mots ! Si importantes, si respectables, si puissantes ! Tout. Tout dans leurs personnages te fascine déjà. Un simple mot et tu seras au 7ème ciel.

Dommage, dommage, quel dommage ! Car déjà, les portes du paradis s’ouvrent ! car déjà, tous se dispersent et s’écartent. L’odeur doit y être pour beaucoup, mais très franchement, tu ne le sens même pas. Au mieux ressens-tu encore sur ta peau fragile l’étreinte d’un être trop petit, et clairement... clairement quoi ? Oh, cela te reviendra peut-être. Ou peut-être pas. Tout est confus ou trop clair ? Tout est éclatant ou trop sombre ? Qu’importe. Qu’importe ! Qu’importeQu’importeQu’importeQu’importeQu’importeQu’importe

Ding C’est l’heure de choisir sa chambre !

Tu ne bouges pas, tu marches. Non, tu ne marches pas, tu sautilles. Non, tu ne sautilles pas, tu exultes ! Non, tu n’exultes pas, tu jubiles ! Pris dans un tourbillon qui n’existe même pas. Tu ne sais plus où donner de la tête, tu ne sais plus où regarder. Tu t’emballes de trop, Jun. Oui, oui, oui, beaucoup trop. Ou est-ce ton état normal ? Qui sait ? Le sais-tu ? Non, oui ? Oui, non ?

Ah, oui... Qu’importe ! Plus de sept minutes au paradis, tu espères rester 7 vies dans cet endroit ! N’est-ce pas à cela que tu penses ?

Ou penses-tu seulement à la chambre que tu vas choisir, bien planté devant le panneau d’affichage, le regard en grand ?
L’une, délicieuse, délicate, telle une poupée que tu as presque envie de voir en boite, choisit un nombre. Sa langue est tranchante comme la lame d’un scalpel et l’espace d’un instant, une gêne fine comme une ligne semble déranger ta gorge. Mais elle passe, par contre, ton sourire ne passe pas. Même quand elle souligne l’état déplorable de ta personne.
Sourire, sourire, sourire. Tout ce qu’elle dit, tu le sais. Cela l’indispose ? Alors tu sais parfaitement ce que tu vas faire juste après. Oui, oui, oui, tout pour faire plaisir, tout pour ne pas les incommoder, tout pour pouvoir rester en leur compagnie.

L’autre hésite, alors tu trépignes en attendant la fin de son choix. Il est blond, et muet ? Non, non, non, juste blond. Blond et hésitant. Te souviens-tu de son nom ? De ce qu’il est ? De ce qu’il a accompli ? Peut-être ? Pas encore ? Tu dormais ? Tu le sauras bien assez tôt ! Ah ! Son choix est fait !

« Hi, hi, hi... j’ai l’impression d’être dans une colonie de vacances ! »

Qu’en sais-tu ? A part dans ces séries qui te brulent trop la rétine. Ne sais-tu pas te taire ? Non, tu ne sais pas. Pas du tout même. Tu es bavard, bavard, trop bavard. Trop, tu es trop toi. Tout simplement ? Mais tu n’es jamais simple. Jamais. Ou peut-être l’es-tu de trop, justement ?

« C’est compliqué ! Comment choisir ?! »

Pourtant, ton choix ne te prendra pas plus de dix secondes. Le sourire plaqué aux lèvres, une douce mélodie pop qui s’en échappe sans que tu ne t’en rendes compte, ton index se glisse dans l’anneau portant le numéro quatre. Pourquoi diable te tortilles-tu ainsi pour le choisir ?

Quatre, quatre, quatre. Aimes-tu ce chiffre ? Pourquoi celui-ci ? Pourquoi pas ? Sa sonorité te plait. Son sigle aussi, son signe aussi, sa signification aussi.

Ce n’est qu’un chiffre, Jun.

« Je reviens, ne partez pas sans moi ! »

A qui t’adresses-tu ? Il y a-t-il même quelqu’un pour t’écouter ? Pourquoi t’exclamer ainsi, si librement, alors que personne ne le demande ? Bavard, bavard, trop bavard. Excité, excité, trop excité. Trop, trop, trop, juste trop toi. Sautille, trépigne, gamin dans un magasin de jouets. Tes pas te mènent face à ta chambre, celle que tu as choisie. Gauche, droite, devant, tu auras de si délicieux et importants voisins ! Tu as hâte de les découvrir ! La clef se tourne, tu ouvres en grand, tu ne refermes même pas ta porte, tu penses même ne jamais le faire. N’es-tu pas entourné de personnes si importantes ? Pourquoi les repousser alors ? Un lit ! Ton sang sucré ne fait qu’un tour, tu te vautres dans les draps. Tournes, tournes, et t’y retournes jusqu’à que tout soit bon à refaire. N’es-tu pas couvert de sucre et de déchet ? Qu’importe ! Tu ne parviens à retenir ton rire fluet et aigu.

C’est le début d’une si belle aventure !

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Lavenza Guillotine

Lavenza Guillotine
Messages : 17
Date d'inscription : 15/04/2018
Age : 22
Avatar KG :

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: The game is on [Libre] Mer 2 Jan - 14:02

 

There's no meaning to bear this situation alone.

Tu aurais pu en être choqué mais ce n'était pas le cas. Enfin, tu n'étais pas des plus sereins non plus, et comment l'être ? Quand un ours t'annonce que tu vas participer à un jeu mortuaire où ne pourront rester que quelques survivants, forcément, ça jette un froid. Tu te demandes dans quelle merde tu t'es retrouvé pour faire parti de ses gens, coincé dans un ascenseur, à se jeter des regards dissimulé, comme si leurs prochaines allaient les dépecer vivant..

Si cette horrible odeur de déchet n'emplissait pas cette petite boite de métal dans laquelle vous étiez tous agglutiner, l'ambiance serait des plus morbide.

Certains décident finalement de sortir, direction le Neuvième Étage. Celui des dortoirs apparemment, à en juger par la similitude de ses innombrables salles. Certains de deux rencontrés plus tôt sont sortis avec toi, et ont pris les devants pour choisir leurs futures chambres. Elles semblaient toutes identiques, le choix n'avait pas l'air vraiment important..

Il fallait seulement espérer que les cloisons ne soient pas fines, ou que tes voisins ne soient pas bruyants.


"...Je vais prendre la 3."

Tu ne t'attendais pas à ce quiconque ne t'écoute. Tous parlaient, mais le faisaient-ils pour eux-même ? En tout les cas, vous étiez actuellement 4, et avez tous choisi la même rangée de chambre. Si tu te souviens bien, tu te retrouves avec.. Celestia, Benjamin qui t'a donné une bonne impression et.. L'albinos,qui lui, a pris la 4. Son énergie est la seule chose dont tu te souviens chez lui. Il devrait peut-être t'en prêter un peu.

Étant la chambre en face de la tienne,son visage sera la première chose que tu veras chaque matin. Si tu as la chance d'assister à ton premier matin, ceci-dit.

Tu laisses rapidement les autres pour observer ton nouveau nid, enfonçant la clé dans la serrure. Finalement, rien de bien exceptionnel. Un dortoir plutôt petit, avec un lit et quelques rangements. Des vêtements sont également présents, pratique pour te changer, serviettes et.. Tiens, un certains quelque chose qui t'appartiens. Cela te rassure de le retrouver là mais, gardons-le de le révéler aux autres. Ça ne les regarde pas.

Tu en sors rapidement, avec quelques affaires sous le bras. Vêtements, serviettes, produits. Celestia avait raison, sentir comme un déchet n'est pas une bonne chose, même dans un contexte apocalyptique. Personne ne serait assez fou pour commettre un meurtre dès les premières heures. Il faut le temps de l'accepter, toi-même, tu n'y croyais qu'à demi-mots.

Puis.. Même si ton apparence laisse à penser le contraire, tu n'aimes pas sentir mauvais. Tu ressors donc de ta chambre, invitant les intéressés à t'accompagner.


"Elle a raison. Autant être propre avant de se lancer dans quoique ce soit.. Quelqu'un veux m'accompagner aux bains ?"

C'était plus prudent de partir accompagner. Certains de ses gens ont l'air mentalement instable.
 

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Kokichi Oma

Kokichi Oma
Messages : 7
Date d'inscription : 04/09/2018
Age : 17
Localisation : In Despot’s lab ~
Avatar KG : « DICE no na ni kakete ! ~ »

Feuille de personnage
: Kokichi Oma

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: The game is on [Libre] Jeu 3 Jan - 18:06

- Chapitre 1 -
Game And Discovery


Wow ! Un Killing Game ! J’ai bien compris ce que cet ours a dit, non ? Il organise une Tuerie entre nous tous, les Ultimes ! C’est trop cool comme jeu ! Il est hors de question que je perde ! J’ai hâte que ça commence ! Qui commettra le premier meurtre ?! Oh ! Qu’ils se dépêchent donc ! Je veux voir la terreur dans leur regard ! Je ne perdrai pas, car un Leader Suprême Ultime ne perd jamais ! Vivre ou mourir, telle semble être la règle de ce jeu ! Une règle que je vis au quotidien avec mon organisation ultra secrète ! Donc c’est évident que je serai un vainqueur !

Ça promet d’être super duper amusant ! Vivement que les festivités débutent bientôt ! En plus, avec un Détective Ultime parmi nous – ker wy fkrcqy ewo rlob wyofjsqy cnxqudryl fyac bo mjvgh –, nous ne pouvons que résoudre chaque meurtre haut-la-main ! Ce que je n’ai pas manqué de lui faire savoir ouvertement après les explications de Monokuma-chan. Si j’ai peint une cible sur son dos par la même occasion ? Quelle importance ? C’est le but du jeu, après tout ! Envoyer l’attention de tout le monde sur un autre ! Ça le rend juste plus susceptible de mourir le premier, rien de grave ! Gkrxryxjxr do mygm qjbbyb dx mysu csl vds niea as cv wo jos jbpcfn bgyx. Mebzcwd xe lix. L’avantage, c’est qu’il a à peine l’air capable de se défendre tout seul !

L’ascenseur s’arrête et s’ouvre sur ce qui paraît être un étage. Le neuvième précisément, vu le panneau indiquant « 9ème étage – Les Dortoirs ». D’accord, donc ils prévoient que leur jeu dure plusieurs jours. Et moi qui m’attendais à ce qu’on nous jette dans une arène avec un appât géant au centre, style à la Hunger Games, à la différence que c’est chacun pour sa peau ! Ah ! Mais dans Hunger Games aussi, c’est chacun pour sa peau ! Nishishi ~ Ah ! J’en suis presque déçu. Les bras croisés derrière la tête, je marche dans le hall en jouant la nonchalance absolue. J’aperçois rapidement des petites tables comportant des clés numérotées.

Ni une, ni deux, je bondis au-devant du reste du groupe pour aller rattraper la clé n°10. D’après ce que j’ai vu, c’est la chambre pile poil située entre l’entrée de l’ascenseur et des escaliers ! L’emplacement parfait pour un Leader Suprême Ultime comme moi ! Wobd qobcysn ado jy mqsdzbn ngr chwzivrcc fo wykvbn ovumc nyhc vyl ibpklccjdgix. Mais la véritable raison, personne n’a besoin de la connaître. Avec un simple signe de main à mes « camarades », je me dirige vers la porte de ma chambre pour y entrer. Restant un instant dans l’entrée, je fronce les sourcils, écoutant et observant, adossé à la porte désormais fermée dans mon dos. Rien. Aucun bruit, aucune présence. Je devrais donc être en sécurité, ici.

Tapotant le mur à côté de moi, sans bouger, je dégote l’interrupteur et allume prudemment la lumière. La pièce qui s’offre à moi est… étonnamment petite. Yxosl, xsopgwsuo by pjspy zueq jocsr ken wy wsjwzlo j wy vkbo. Elle comporte simplement un lit, une table de nuit avec une lampe et une armoire. Une caméra et des haut-parleurs. Je devine que j’apprendrai leur utilité tôt ou tard… Bien alors… je m’avance pour ouvrir l’armoire et découvre… des vêtements de rechange, des serviettes et… un couteau. Et… attendez, où ont-ils eu ça ?! Reculant contre le mur opposé, je me mords l’ongle du pouce avec une certaine nervosité. Bon sang, qui sont ces types ? Je reviens vers l’armoire pour prendre le couteau et le ranger quelque part sur moi. J’aurais plutôt préféré autre chose.

Refermant l’armoire pour ne plus voir tout ça, je m’approche, cette fois, de la table de nuit pour trouver à l’intérieur une lampe de poche, du maquillage et des bonbons. Eh bien, pourquoi pas. Éventuellement, ces objets pourraient avoir une utilité à l’avenir. Mon attention se pose finalement sur l’espèce de magazine sur la table. Avec Monokuma-chan dessiné dessus et un titre en grosses lettres capitales disant « MONOKUMA : L’HISTOIRE DE SA GRANDEUR ». Tiens donc. Et de quoi parle cette génialissime brochure ?! Je la prends et reviens m’adosser à la porte pour la lire. Voyons voir ce que Monokuma-chan a de passionnant à nous raconter… je sens que je pourrais devenir bon ami avec cet ours ! Jeckgh nxepm. Ms ce alyrc ooo so ry vjsqmoak hydc mvvrqcl.


« DICE no na ni kakete ! ~ »



Revenir en haut Aller en bas
Shuichi Saihara

Shuichi Saihara
Messages : 100
Date d'inscription : 15/04/2018
Avatar KG : Ne me regardez pas comme ça... J’ai juste retiré ma casquette c’est tout...

Feuille de personnage
: Shuichi Saihara, Détective Ultime

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: The game is on [Libre] Dim 6 Jan - 16:33
ft. Libre
❝ THE GAME IS ON ❞
「L'enfer commence」
Difficile d'avoir la conscience légère après avoir entendu de pareilles nouvelles. Cette histoire d'enlèvement avait pris de l'ampleur et abouti à un des pires scénarios possibles. Un scénario que Shuichi n'aurait jamais pu imaginer. "Tuer sans se faire prendre pour sortir". Les règles de ce jeu morbide étaient simples, mais loin d'être anodines. Pour le détective, il était bien entendu hors de question de s'y prêter, et celui-ci espérait vraiment que les autres soient du même avis. Bien que... c'était plutôt mal parti pour certains, qui faisaient preuve d'une nonchalance surprenante à ce sujet.

Dans l'ascenseur, personne ne s'était échangé un mot. On réfléchissait. On s'observait. On retenait son souffle à cause de l'odeur. Le jeune homme à la casquette s'était contenté de garder ses yeux rivés sur le sol, non sans dissimuler son anxiété qu'on pouvait voir juste à travers son froncement de sourcils. Inquiet, évidemment qu'il l'était. Pas seulement pour lui et ses compagnons d'infortune, mais aussi pour ses proches. Il allait sans dire qu'à l'extérieur, la disparition de tous ces Ultimes allait faire beaucoup de bruit... On devait peut-être déjà les rechercher activement. Une bien piètre consolation.

Ils étaient là, livrés à eux-mêmes, et réunis pour s'entretuer. Shuichi ne pouvait que se sentir mal-à-l'aise après ça. Pour ne rien arranger, le garçon en blanc - à première vue amusé par la situation - avait tenu des propos assez dérangeants à son propos, directement après les explications de Monokuma.

« Résoudre des meurtres » Oui, c'était son métier. Mais en dehors du fait que cette intervention avait placé une épée de Damoclès au-dessus de sa tête, le détective n'avait - contrairement à lui - aucune envie de prendre part à ce jeu. Il aimerait mieux ne pas avoir à se servir de son talent d'Ultime, qu'il n'avait de toute façon jamais mérité. Si un meurtre devait arriver-- Non. Aucun meurtre n'allait avoir lieu. Shuichi voulait s'en auto-persuader. S'efforçant de vaincre sa nervosité et toute la pression qui lui était tombée dessus. Même si au fond, sa nature pessimiste lui faisait penser le contraire...

Lorsque les portes de l'ascenseur s'ouvrirent, le détective fut plutôt surpris par le décor agréable de l'étage. Les organisateurs du jeu tenaient à ce que "leurs invités" soient tout de même bien traités, malgré le contexte. Certains élèves étaient allés récupérer la clé de ce qui sera leur chambre, pendant leur séjour ici. Le jeune homme à la casquette ne tenait pas à passer la nuit ici... mais avait-il vraiment le choix ? Parmi les numéros déjà choisis; 13 - 9 - 4 - 3 - 10 -11 -8 -1. Celui-ci importait peu, alors à son tour, il en attrapa une au hasard. C'était tombé sur la n°6.

Avant de rejoindre sa chambre, il adressa un dernier regard à Kaede, un court instant. Elle n'avait pas l'air dans son assiette, elle non plus, et c'était tout-à-fait compréhensible. Peut-être qu'elle avait besoin de rassembler ses pensées, alors Shuichi décida qu'il lui parlerait plus tard... si le cœur de celle-ci lui en disait bien sûr. Il ne voulait pas l'incommoder, après tout.

« - Akamatsu-san... Je te retrouve plus tard. » lui dit-il, un peu incertain.






En entrant dans la chambre 6, il entendit quelqu'un rire - celui qui s'avérait être un de ses voisins de chambre -, et aperçut d'un bref coup d’œil dans la chambre n°4 qu'il s'agissait de l'albinos, qui n'avait rien perdu de son enthousiasme et de sa gaieté malgré les mauvaises nouvelles. Si le détective était un peu perturbé par sa bonne humeur, il se mit à croire que ce garçon plein d'énergie n'était juste pas conscient de la situation. Et c'était sans doute mieux pour lui...

Shuichi accéda à sa chambre, refermant la porte derrière lui. La pièce avait le strict nécessaire à offrir : Lit, table de nuit, armoire. Au moins, il ne pouvait pas s'en plaindre... Le premier réflexe qu'il eut fut de fouiller ce petit espace, qui n'avait rien d'anormal. Des vêtements de rechange. Un couteau-suisse... Cela pouvait lui être utile, mais il n'allait pas s'en servir comme ils le voulaient. Puis il s'assit sur son lit - plutôt confortable -, un air pensif sur le visage. Le jeune homme à la casquette avait également besoin d'être au calme pour collecter ses pensées.

Ou plutôt, pour cogiter vainement.

Car il fallait se rendre à l'évidence; ce n'était pas un rêve.



© Gif source

_________________







Spoilers - NDRV3:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Daniel Evans

Daniel Evans
Messages : 5
Date d'inscription : 06/10/2018
Avatar KG :

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: The game is on [Libre] Mar 8 Jan - 20:25
Jour 1: La chambre.
feat. des gens
Tu pensais vraiment qu'il y allait avoir une explosion avec ce compte à rebours, comme tout le monde en fait. Et pourtant ce n'est pas arriver. L'ours à annoncer le début du jeu.. et une série de règle qui à réussi a te faire pâlir encore plus que ta blancheur naturelle. Il parle de tuer quelqu'un. Tuer? Vraiment? Pourquoi on tuerais les autres? Jamais tu ne ferais de mal à une mouche tu le sais. Mais ne jamais sortir d'ici te fait peur. Tu ne PEUX pas rester ici. Tu sais que tu deviendra cinglé si tu ne retrouve pas ta moitié. Tu n'a jamais vécu sans lui et tu ne saurais pas comment faire. Tu vis pour et à travers lui la plupart du temps. Ca t'angoisse de ne pas savoir comment il va. C'est une évidence, tu DOIS sortir.

Mais tu reste silencieux et tu t'agrippe à ton appareil. Fixant le sol tu te contente de suivre les autres. Tu a laisser tu ne sais combien de personne devant toi mais tu fini par attraper une clef. La huit. Tu aimes ce chiffre, tu l'adore même. Il signifie si peu et tant en même temps. Ni une date, ni un calcul. Et là ou on t'objecterais que c'est le symbole de l'infini, tu est d'accord mais tu y vois autre chose. Deux personnes destinées à ne jamais se quitter. Qui se retrouveront toujours. L'infini peut être en un sens. Et tu était persuadé que quoi qu'il se passe, l'infini ne s'arrête jamais. Que cette forme ne pouvais pas être séparée. D'un déglutissement tu sors de l'ascenseur.

Bien sur, tu pourrais très probablement t'arrêter pour parler aux autres. Tenter de les connaitre. Et pourtant, tu n'a qu'une envie, c'est d'aller te coucher. Ce que tu a bien l'intention de faire en insérant la clef que tu as attraper. Tu remarque rapidement que les autres chambres autour de toi sont belles et bien occupées. Tu salue tout de même l'albinos qui te semble après tout le plus joyeux pour le moment. Finalement tu entre dans ta chambre et prends le temps de bien verrouiller la porte. Finalement tu te laisse glisser au sol en soufflant. La chambre n'est pas si grande en vérité mais elle te parait très bien. Tu va de toute façon probablement la réarrangée légèrement. Aller, il vaut mieux s'y mettre pour ne pas penser à autre chose.

Tu commence donc par tirer la table de chevet et tourner le lit. Et ce n'est pas une mince affaire vu ta force de mouche asthmatique. Mais tu sais que tu ne pourra pas dormir si tu n'est pas contre le mur, pourquoi le mur? Et bien tu as l'habitude de dormir contre quelqu'un et à défaut d'avoir le quelqu'un en question tu as pris l'habitude de te coller à un mur. Une fois réarranger et persuadé d'avoir fait assez de bruit comme cela. Et puis tu est épuisé. Tu te contente de te laisser tomber dans le lit. Même si ton esprit continue à tourner et répéter en boucle toutes les horreurs que tu as pu entendre aujourd'hui. Tu te sens mal, tu as l'impression d'avoir froid et que les jours voir semaines à venir va être d'un stress et d'une horreur sans précédent. Tu te glisse en boule sous la couette en espérant très fort en fermant les yeux que c'est juste un mauvais rêve. Et qu'on viendra te réveiller comme tous les matins en te jetant un coussin sur la tête.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: The game is on [Libre]
Revenir en haut Aller en bas
The game is on [Libre]
Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]
» Quel accueil de la part des oiseaux! (libre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Danganronpa: Disaster Recovery :: Killing Game :: Etage 9 - Dortoirs-
Sauter vers: